Manicore Manicore INSA de Lyon INSA de Lyon Avenir Climatique Avenir Climatique ADEME ADEME

Bilan Carbone® Personnel

Version Bêta 1.1. Cet outil est en cours de finalisation, merci de votre compréhension.

Quel résultat le calcul de mon BILAN CARBONE™ Personnel doit-il fournir pour que mon mode de vie puisse être qualifié de 'soutenable' du point de vue des émissions de gaz à effet de serre ?

Il n'existe pas de réponse scientifique formelle à cette question, et par conséquent le chiffre que nous avons choisi de proposer en réponse repose en partie sur une convention. Ce chiffre est de 700 kg equivalent Carbone par personne et par an, et il a été obtenu en divisant par quatre le montant des émissions annuelles brutes d' un français moyen, lesquelles s'élèvent à 2800 kg équivalent Carbone (pour davantage d'explications sur ce chiffre de 2800 kg équivalent Carbone, vous pouvez consulter cette page de la FAQ).

La justification de cette division par quatre repose en fait sur la considération du seul dioxyde de Carbone (CO2). En effet, l'augmentation récente de la concentration en CO2 de l'atmosphère (+30% depuis le début de l'ère industrielle) fait que les écosystèmes réagissent, du moins jusqu'à présent, en se comportant comme des "puits de Carbone", c'est-à-dire en absorbant chaque année une certaine quantité de ce CO2 atmosphérique. Il se trouve que cette quantité absorbée par les écosystèmes représente à peu près la moitié de la quantité de CO2 émise chaque année du fait des activités humaines. Par conséquent, si l'humanité réduisait ses émissions de CO2 de moitié, la concentration atmosphérique de ce gaz cesserait d'augmenter, du moins tant que les écosystèmes continuent à se comporter de la même manière (et si l'humanité réduisait ses émissions de plus de la moitié, alors la concentration atmosphérique en CO2 commencerait à diminuer).

Par conséquent, la diminution de moitié des émissions de CO2 d'origine humaine peut être considérée comme l'objectif à atteindre pour que notre mode de vie puisse être qualifié de "soutenable" du point de vue des émissions de ce gaz. Comme un français moyen émet à l'heure actuelle à peu près deux fois plus de CO2 qu'un terrien moyen, une division par deux en moyenne à l'échelle du globe représente, dans la perspective d'un monde égalitaire où chacun émettrait la même quantité de CO2, une division par quatre des émissions pour la France.

En l'absence d'autre convention scientifiquement fondée, nous avons choisi de conserver la même convention pour les autres gaz à effet de serre, c'est-à-dire de qualifier de "soutenable" un mode de vie et de consommation dont les émissions annuelles de n'importe quel gaz à effet de serre soient inférieures ou égales au quart de la moyenne française. Rappelons tout de même quelques unes des critiques que l'on peut légitimement adresser à cette convention (et qui conduisent, si on les prend en compte, à considérer comme soutenable un montant maximal d'émissions plutôt inférieur !) :

  • Il est très vraissemblable (et cela c'est scientifiquement fondé !) que les écosystèmes ne se comporteront pas indéfiniment comme des puits, mais qu'avant la fin du 21ème siècle ils commenceront à se comporter comme des sources, c'est-à-dire à devenir émetteurs nets de CO2. Si cela se produisait, alors à partir de ce moment le montant de CO2 que devrait émettre un terrien moyen "soutenable" deviendrait négatif !
  • Un certain nombre de gaz à effet de serre émis par l'homme étaient totalement absents de l'atmosphère à l'état naturel (par exemple certains gaz réfrigérants). Comme il s'agit de gaz très stables, qui, une fois émis dans l'atmosphère, y restent parfois pour des milliers voire des dizaines de millers d'années, et dont le pouvoir de réchauffement est significatif même à très faible concentration, on voit qu'il est problématique de qualifier de soutenable tout mode de vie émetteur de tels gaz en quantité non nulle.

Pour davantage d'information sur les niveaux souhaitables de réduction des émissions de gaz à effet de serre, vous pouvez consulter la page consacrée à cette question du site de Jean-Marc Jancovici sur le réchauffement climatique.

Pour revenir au menu de la F.A.Q., cliquez ici.